GUCCI

Tout le monde connaît Gucci.

Enfin non, tout le monde connaît plutôt les copies Gucci, fièrement portées par les petites cailleras de quartier, qui s’affichent le Samedi après-midi dans le centre des villes dès la sortie du tram, en écoutant à fond pour qu’on ne les remarque même plus de la musique vocodée sans style, tout en rêvant d’en avoir, du style, à défaut de pouvoir s’en payer un.

Et encore, je crois que leurs pères roquets narguiléens, qui leur en font autant chier qu’ils leur défèquent dessus depuis leur étage comme branche situé juste au-dessus du hall d’entrée dans la cage d’escalier de leur pyramide (a)sociale en forme de barre d’immeuble, ont davantage les moyens de pouvoir s’offrir du Gucci grâce à leurs billets pourris mais très fraîchement blanchis, que la majorité de Monsieur et Madame tout le monde à la vie aussi bien rangée que leur garde-robe Ikea rempli de Zara.

Cliché ! Vous offusquerez-vous, suivi certainement d’une délicate attention verbale à l’égard de ma Maman, à laquelle je penserai aussi fort qu’à la vôtre le cas échéant.

Mais ça tombe bien, j’adore prendre des photos de mon quotidien tout en faisant tomber ma cendre de clope depuis mon balcon sur cette réalité à la drôle de touche.

Baselworld 2018 - Les nouveautes GUCCI - 001

Que je ne vais pas me faire des amis en traînant dans la boue cette barre de shit de la société autant qu’elle traîne du Gucci à dos de scooter débridé ou de BMW modifiée (vous remarquerez que je n’ai pas dit volée. Ma foi, les préjugés ont bon dos, et ont déjà bien roulé leur bosse depuis l’ère Médimitterranéenne).

Qu’à cela ne tienne, je ne recherche pas ce genre de liaison dangereuse portant la dernière copie de fragrance de Gucci aux douces notes de sans plomb 95 rehaussée d’une pointe de chicha.

Car oui, comme le petit crocodile ou frère de monogramme LV, la marque aux mords de bride de cheval à fort pâtie de son succès international.

Cela fait partie du jeu me direz-vous.

Et vous aurez raison.

Les Robins du désert tunisien et des bois chinois l’ont bien compris eux aussi.

Et ce ne sont pas les marchés infectés par ce purpura infectieux aigüe qu’est la contrefaçon qui me donneront tort.

Baselworld 2018 - Les nouveautes GUCCI - 002

Comme dirait Goldmann, « Le bon « langage », les idées « qu’il faut », c’est tout ce que je vaux ».

A bon lecteur entendeur.

Personnellement, j’ai l’ouïe fine, et des idées à moi plein la tête.

Mais il y en a une qui n’y est jamais parvenue, à ma tête, c’est celle d’avoir, de porter, et in fine, d’être fake.

Breaking news, plutôt que de regarder ce que les gens portent au-dessus du plafond de verre tout en me plaignant que l’ascenseur pour les rejoindre est bloqué, moi, je préfère trouver un moyen de le traverser, par mes propres moyens.

Ce n’est pas le tout de croire qu’il faut les avoir, il faut aussi et surtout savoir se les donner.

Et souvent, le prix à payer est plus celui de l’esprit que celui du billet issu du porte-monnaie en simili.

Baselworld 2018 - Les nouveautes GUCCI - 004

Quoiqu’il en soit, le chat a depuis longtemps arrêté de chasser la souris, et il faut croire que cela lui a plutôt bien réussi, puisque Gucci n’est ni plus ni moins aujourd’hui que sur la troisième marche du podium des chiffres d’affaires catégorie luxe, derrière Vuitton et Hermès, respectivement premier, et second donc.

Bien sûr, Gucci ne doit pas son succès à l’obésité morbide du marché gris, ni au fruit de ses scandales d’évasions fiscales, ni à son extraordinaire turnover de directeurs, mais bel et bien au talent et au génie des designers et créateurs qui œuvrent dans l’ombre de la société.

Baselworld 2018 - Les nouveautes GUCCI - 006

Si la Maison Gucci est plus vastement connue et reconnue dans le prêt-à-porter et la maroquinerie, elle l’est nettement moins dans l’univers de l’horlogerie.

Et pour cause, et pourtant à la fois.

Car si l’on est en droit de pointer le bébé de Monsieur GG (Guccio Gucci) du doigts pour merchandising racoleur, il faut aussi reconnaître que ma foi, les créations horlogères (nan faut pas déconner quand même), les montres Gucci sont plutôt jolies.

Baselworld 2018 - Les nouveautes GUCCI - 003

Je vous laisse juger, mais personnellement, moi et mes à priori qui pourtant n’avions pas convenu de nous arrêter sur le stand de Gucci, y sommes resté au point d’en être séduit.

Pas charmé, mais séduit.

Baselworld 2018 - Les nouveautes GUCCI - 005

Et ça, vu le caractère du Claqueur de Doigts, c’est comme Gucci, ce n’est pas donné à tout le monde, croyez-moi.

Mais qui sait, peut-être qu’un jour je ferai moi aussi partie du Gucci Gang, et ce, sans avoir à faire bang bang !

footer copy

ALORS TU AS LIKÉ ??!!

DOMO FOLLOW !

ARTICLES QUE TU POURRAIS AUSSI KIFFER

  • Tous
  • Lifestyle
  • Look
  • Montres

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.